AIX (Provence)

L'hôpital des insensez de la ville d'Aix

Les trois hôpitaux généraux de la ville d'Aix, Saint-Jacques, la Charité et la Miséricorde, ne convenant pas aux insensés, les bureaux de ces hôpitaux décidèrent le 2 septembre 1691 «d'enfermer ces sortes de personnes dans une maison particuliere, qui seroit loüée à cet effet».

Une maison fut trouvée «près les Dames Religieuses de Saint Benoit», où furent enfermées le 27 octobre «onze Femmes ou Filles folles, qui se trouvoient dispersées par la Ville».

Mais cette maison s'avéra «très-incommode par le mauvais air qu'on y respiroit», et une «nouvelle bâtisse au dessus de la Porte de Bellegarde» fut installée, «dans laquelle les Pauvres Insensés furent transferés le 9. novembre 1698».

Le «Reglement de l'hôpital general des insensez de cette ville d'Aix» dont nous proposons ci-après quelques extraits ne fut «homologué par Arrêt de la Cour» que le 7 février 1705.


Les critères d'admission sont stricts:


- L'hospitalisation des étrangers à la ville n'est pas autorisée, à moins que l'on ne dispose de place vacante, et moyennant une forte pension. Ce qui vise à éviter que les étrangers soient reçus aux dépens de la ville.


- La maison est destinée aux personnes furieuses, dont l'enfermement évite qu'elles ne causent de désordres publics : les niais, simples, innocents et imbécilles relèvent de soins domestiques et privés.


Reglement de l'hôpital des insensez de cette ville d'Aix (1705)

- XIII -

On ne recevra personne dans cet Hôpital, qui ne soit natif de la Ville, ou domicilié en icelle depuis cinq ans complets, y ayant ou eux-mêmes, ou leur père & mère, en maison, pot & feu pendant tout ce tems.

- XIV -

On ne recevra que les personnes Furieuses, qui pourroient causer des desordres publics, s'ils ne sont enfermez.

- XV -

Lorsqu'on jugera que les Insensez seront seront revenus de leurs infirmités, ou qu'ils auront des intervalles considerables, on les renvoyera; cela neanmoins doit être fait avec beaucoup de prudence & de précaution, & après une preuve exacte.

- XIX -

Les Niais, Simples, Innocens & Imbecilles ne seront point reçûs dans la Maison sous quelque pretexte que ce soit, excepté que dans la suite les revenus fussent plus que suffisans pour l'entretien des personnes Furieuses de la Ville, pour lesquelles cet Hôpital a été uniquement fondé & établi, & qu'il y eût des Loges de reste (...)

-XX -

Si l'on avoit des loges de reste, on pourroit recevoir des étrangers Furieux moyennant la pension pour le moins de 150. liv. par an (...)

- XXII -

S'il se presente des Furieux ou Insensez étrangers, ils seront renvoyez à leurs Communaitez aux dépens des mêmes Communautez, comme étant obligées par les Ordonnances de nos Rois, & par les Arrêts de la Cour de nourrit leurs pauvres, garder et contenir leurs fols (...)

- XXIII -

La nourriture des Insensez sera du bon pain de froment, tant qu'ils en auront besoin, d'un tiers de pot de vin trempé par jour, & une soupe matin & soir solide; & dîneront toûjours à dix heures, & souperont à quatre heures en Hyver, & à cinq heures en Eté (...)

Devoir du Portier
Il gardera la Porte avec soin, & ne laissera entrer que très-peu de gens dans la Maison pour voir les pauvres, excepté que ce fût des personnes de pieté qui voulussent les visiter pour exercer leur charité; mais il doit toûjours observer en refusant la porte de le faire avec douceur, en faisant comprendre que ces visites incommodent les pauvres, & qu'il ne lui est pas permis de les laisser entrer, parce qu'on doit ménager tout le monde pour n'indisposer personne, les Hôpitaux ayant besoin de tous.



Réglement sur le service intérieur des Hospices d'Aix
(22 janvier 1838)


Chapitre 4e - Hospice des Insensés

Article 1er

L'Hospice des Insensés sera comme les autres, administré par la commission des hospices. Il y aura néanmoins, un membre de la commission, chargé spécialement de la surveillance, qui devra le plus souvent qu'il le pourra visiter la maison, inspecter toutes les parties du service, s'assurer si les malheureux qui sont admis dans cette maison, sont traités avec tous les soins et tous les égards convenables, et qui tiendra ma main surtout, à ce que toutes les loges soient nettoyées souvent et constamment tenues aussi proprement que l'état de ces infortunés détenus pourra le permettre.

Article 2

Il y aura une mère chargée de l'administration intérieure, qui aura sous ses ordres tous les employés de la maison, et dont les devoirs seront tracés ci-après.

(...)
Article 18

Elle évitera autant que possible, que les Insensés soient mis à la chaine et elle ne les y fera mettre qu'en cas d'absolue nécessité et par ordre du médecin ou de l'administrateur de service.

Article 19

Elle s'assurera des furieux en leur faisant mettre des corsets de force, qu'elle fera confectionner à cet effet, et dont elle se servira, comme moyen de punition, elle fera observer les Insensés à qui on aura mis ces corsets et les fera enlever à ceux qui promettent d'être plus tranquilles, sauf de les leur remettre de nouveau en cas de nécessité.
D'après les observations faites à ce sujet, il parait que le corset de force est la chose que les insensés craignent le plus et que la crainte de l'avoir, les contient le plus souvent et les empêche de se livrer à des accès de fureur.

Article 20

Elle empêchera que ces malheureux jouent de l'argent dans les cours, elle leur permettra cependant des jeux qui pourront les distraire et leur faire passer quelques moments.

(...)
Article 22

Elle empêchera qu'on aille visiter la maison, lorsque ces malheureux seront dans un état à ne pouvoir être vus et ne laissera entrer dans les cours qu'avec la plus grande circonspection et avec l'autorisation de l'administrateur de service.

(...)
Article 34

Il y aura un médecin attaché à cet hospice, qui soignera les malades à l'Infirmerie et qui fera aussi souvent qu'il le pourra des visites dans les cours pour examiner la situation de chaque insensé et les changemens qui peuvent s'opérer dans sa position mentale.

Article 35

Les remèdes nécessaires aux malades, seront pris à la pharmacie de l'hôtel Dieu et délivrés par le pharmacien sur une ordonnance signée du médecin de la maison des Insensés.

Article 36

Les malades de cet hospice pourront être envoyés à l'hôtel Dieu lorsque le médecin l'ordonnera.

(...)
Article 47

Des Infirmiers. Ils seront tenus chacun dans son quartier de préparer les Bains et d'y conduire les hommes à qui ils auront été ordonné, l'infirmière en fera autant du côté des femmes.

Article 48

De la réception des aliénés. On ne recevra personne dans cet hospice, qu'il ne soit natif de la ville ou y domicilié depuis cinq ans révolu. Dans tout autre cas, ils ne pourront être reçu que comme pensionnaires à la charge de la commune de leur domicile de secours.

(...)
Article 53

On pourra mais avec beaucoup de circonspection, recevoir les niais simples, les imbécilles, les épileptiques, autant qu'il y aurait des loges de reste.

(...)
Article 58

Dès qu'on le pourra il sera établi un réfectoire pour faire manger ensemble les Insensés non furieux et qui seront dans leurs momens lucides, ce moyen peut améliorer leur état et les distraire de leurs maux que l'isolement ne peut qu'augmenter.

Article 59

On saisira avec empressement tous les moyens de les rassembler entr'eux et de les égayer.


Régime alimentaire
(...)
Article 2

La mère surveillante en chef de cet hospice mangera seule (...)

Article 4

Le régime de la maison est déterminé de la manière suivante.
Le régime gras sera donné le dimanche, le mardi et le jeudi. Le régime maigre les autres jours de la semaine.

Régime gras
Diner. La soupe de pain, riz vermicelle ou légumes secs 60 grammes. Viande bouillie 150 grammes. Viande apprêtée ou rôtie 150 grammes.
Souper. Viande en ragout ou rôtie mêlée avec du riz 150 grammes.
Quelquefois par ordonnance du médecin, on donne des fruits frais ou des oranges en remplacement de l'entrée, le poids dans ce cas sera de 120 g. ou 40 g. de fromage.
Pain 60 décag. et 25 centil. de vin par jour.

Régime maigre
Diner. Soupe composée comme au régime gras 60 g.
Légumes secs 150 g.
Poisson frans ou sec 150 g. ou poisson salé 100 g. ou herbages en quantité suffisante ou 2 œufs
Salade selon la saison.
Souper. Morue 100 g. ou une omelette de 2 œufs aux herbes ou bien une salade et du fromage
Quelquefois par ordonnance du médecin on donne des fruits frais ou des oranges en remplacement de l'entrée.
Pain 60 décag. et 25 centil. de vin par jour



L'hospice des aliénés d'Aix vers 1838


Le département des Bouches-du-Rhône possède à Aix un établissement pour les aliénés. Cette maison, voisine de l'hospice, est située sur le penchant d'un coteau qui domine la ville. Elle se compose d'un bâtiment qui sert de logement aux employés, à quelques aliénés paisibles et aux services généraux; le reste de l'établissement se compose de quetre cours plus ou moins irrégulièrement carrées et entourées de loges au rez-de-chaussée; ces loges sont vieilles, mal entretenues; au milieu des cours il existe une fosse avec un mur d'appui, destinée à recevoir les immondices des cellules.
Les aliénés agités ou furieux, sont retenus par une longue chaîne, fixée au mur de leurs cellules et au bas de la jambe de ces malheureux.
Cette maison est une annexe de l'hospice d'où lui sont envoyées toutes les provisions.
D'ailleurs elle est sous la direction des administrateurs des hospices de la ville; on y reçoit des pensionnaires à divers prix du département et des départements voisins. L'administration locale projette des améliorations pour cet établissement, il est désirable qu'elle ne se laisse pas décourager ni par les difficultés, ni par la dépense.


Esquirol, Des Maladies Mentales..., Tome second, 1838


Michel Caire, 2007
© Les textes & images publiés sur ce site sont librement téléchargeables pour une consultation à usage privé.
Toute autre utilisation nécessite l'autorisation de l'auteur.