liste

Aprosexie

du grec a, privatif et prosexis, attention (être attentif).

L'aprosexie est un terme inventé en 1887 par le docteur A. Guye, d'Amsterdam, pour désigner le défaut d'attention, généralement associé à un déficit de la mémoire, observé chez l'enfant insuffisant ventilatoire nasal (qui, dans la forme la plus marquée avec difficultés scolaires, a été appelé par Raulin en 1890 le cancre d'origine nasale).

Guye illustre cette aprosexie nasale par quelques exemples : un jeune garçon respirait très difficilement par le nez, et en même temps, était hors d'état d'apprendre quoi que ce fût. Guye lui extirpe « de grosses tumeurs adénoïdes des fosses nasales » (hypertrophie des végétations adénoïdes), et l'enfant apprend son alphabet en huit jours alors qu'il n'avait jamais pu en retenir plus des trois premières lettres. Un étudiant avait aussi le nez obstrué et ne pouvait travailler plus d'une heure. Extirpation de la tumeur, guérison...

Le sens d'aprosexie s'est ensuite étendu au défaut d'attention de toute origine :

La difficulté -ou l'incapacité- de fixer son attention, de se concentrer, peut être symptomatique
- d'une affection cérébrale (confusion mentale organique, démence),
- d'un trouble névrotique (hystérie, TOC, où l'aprosexie est en règle sélective),
- d'une psychose aigüe (état maniaque, avec sa fuite des idées, bouffée délirante) ou chronique (schizophrénie),
- d'un état déficitaire intellectuel,
ou peut être le signe d'un état de fatigue intense, ou bien encore l'effet d'un toxique (jusqu'à l'excès de café).

L'aprosexie est l'un des éléments constitutifs du Syndrome déficitaire de l'attention/hyperactivité ou TDA/H (Attention-deficit hyperactivity disorder, ADHD ou Attention-deficit disorder, ADD), dont l'origine neuro-biologique reste à établir.

Michel Caire, 2011
© Les textes & images publiés sur ce site sont librement téléchargeables pour une consultation à usage privé. Toute autre utilisation nécessite l'autorisation de l'auteur.