liste

Glischroïdie

du latin glus, colle, qui vient du grec glischros, visqueux, gluant, collant (mais aussi tenace)
(de même étymologie : la glu, matière visqueuse et tenace; gluant, qui est comme comme la glu; le gliome; le gluten, glutineux,... mais ni glucose ni glycémie, qui viennent du grec glukus, doux, sucré)

La glischroïdie est un concept phénoménologique proposé dans les années 1920 par Françoise Minkowska, le terme lui ayant été suggéré par Edouard Pichon (voir : A la recherche du monde des formes, Etude n°3 «L'épilepsie essentielle, sa psychopathologie et le test de Rorschach» Desclée de Brouwer éd., 1956)

La tendance glischroïde du tempérament épileptique se traduit par un aspect de ralentissement et de viscosité aboutissant à un stase mêlée de tension qui va se décharger dans des réactions explosives (H. Ey).

Par extension, la glischroïdie est un trait de caractère perceptible chez certains épileptiques (épilepsies essentielles) se traduisant par une affectivité empreinte de viscosité et d'adhésivité. Le rôle aggravant, sinon déterminant du traitement anti-épileptique -en particulier les barbituriques- a été évoqué.

Michel Caire, 2009
© Les textes & images publiés sur ce site sont librement téléchargeables pour une consultation à usage privé. Toute autre utilisation nécessite l'autorisation de l'auteur.