liste

coll. M. Caire Georges (Louis) DAUMÉZON
Narbonne (Aude) 3 juin 1912 / 6 mai 1979

Médecin psychiatre.

Fils d'un zoologue, Georges Daumézon fait ses études à Aix-en-Provence puis dans sa ville natale, avant de fréquenter les facultés de droit et de médecine à Montpellier, puis à Paris.

Externe des hôpitaux de Paris en 1931, licencié en droit en 1932, reçu 2ème au concours de l'internat des asiles de la Seine en octobre 1933, puis en 1937 au concours du médicat des asiles, Georges Daumezon prend un poste de médecin-chef à Sarreguemines (Moselle).

L'année suivante, il est nommé médecin-directeur de l'Etablissement Psychothérapique de Fleury-lès-Aubrais (Loiret), aujourd'hui Centre Hospitalier Départemental Georges Daumézon.

Admis au concours du médicat des Hôpitaux psychiatriques de la Seine du 27 octobre 1950, il est médecin-chef à Maison-Blanche de janvier 1951 à octobre 1952, puis mute à Sainte-Anne où il dirige le Service des Admissions et devient en 1966 médecin chef de l'hôpital Henri Rousselle où il fonde l'année suivante le Centre Psychiatrique d'Orientation et d'Accueil (le « C.P.O.A. », qui porte son nom aujourd'hui).

Daumézon a joué un rôle de premier plan dans la vie syndicale de son corps professionnel, dès 1945, où il est nommé Secrétaire général du Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux.

Il s'engage également très tôt dans le mouvement de réforme de la psychiatrie publique, dont il sera l'un des principaux acteurs.
Sa thèse de doctorat soutenue à Paris en 1935 : Considérations statistiques sur la situation du personnel infirmier des asiles d'aliénés (Cahors, A. Coueslant, 1935; 311 p.) avait révélé son intérêt pour la formation et le statut des infirmiers psychiatriques : en 1949, il crée avec Germaine Le Guillant, alors permanente aux Centres d'Entraînement aux Méthodes d'Éducation Active (C.E.M.É.A.), les premiers stages de formation destinés aux infirmiers en psychiatrie.

En 1952, il publie avec son élève Philippe Kœchlin un article jugé fondateur, où est utilisé pour la première fois le terme de Psychothérapie institutionnelle : « La Psychothérapie institutionnelle française contemporaine» (Anais Portugueses de Psiquiatria, vol. 4, n°4, décembre 1952, pp.271-312).

Un autre de ses élèves internes du temps de Maison-Blanche, Philippe Paumelle, s'engagera en 1960 dans la réalisation du premier secteur de santé mentale, dans le XIIIème arrondissement de Paris.

Daumézon est encore à l'initiative des rencontres du "Groupe de Sèvres" en 1958-1959, réunissant «ceux qui veulent subvertir l'institution asilaire pour en faire un véritable instrument de soins» (J. Ayme), dont les travaux conduiront à la circulaire du 15 mars 1960 sur la sectorisation.

Michel Caire, 2008-2013
© Les textes & images publiés sur ce site sont librement téléchargeables pour une consultation à usage privé. Toute autre utilisation nécessite l'autorisation de l'auteur.