Ainay-le-Château (Allier)

L'établissement connu dans la France entière sous le nom d'« Ainay-le-Château » fut une Colonie familiale du département de la Seine, puis un Centre Hospitalier Spécialisé qui a conservé une importante activité d'accueil familial thérapeutqiue.

La Colonie familiale d'Ainay-le-Château, ouverte en 1898 et réservée aux hommes - tandis que la Colonie de Dun-sur-Auron (Cher) recevait essentiellement des malades du sexe féminin - avait vocation à accueillir les malades mentaux - alors dénommés aliénés - chroniques stabilisés hospitalisés dans l'un des asiles de la Seine, à son ouverture Sainte-Anne, Ville-Evrard, Vaucluse et Villejuif.

Le texte qui suit est un extrait du rapport administratif et du rapport médical datés du 31 décembre 1946 (l'exemplaire dactylographié que nous possédons comporte un post scriptum rédigé environ un an après) par le médecin chef et directeur d'alors, le docteur Maurice Leconte 1906-1987.


Colonie Familiale d'Ainay-le-Château (Allier)

Remarques sur l'évolution de l'assistance psychiatrique au cours des hostilités et de la dernière décade.
Considérations générales sur l'organisation de la psychiatrie d'après notre expérience.

Par le docteur Maurice Leconte ex-chef de clinique de la Faculté de médecine de Paris. Médecin-Directeur de la Colonie Familiale d'Ainay-le-Château


Monsieur le Préfet,


J'ai l'honneur de vous adresser le rapport annuel de mon établissement, établi selon le plan officiellement requis, et avec les considérations générales sollicitées par Monsieur le Ministre de la Santé Publique.

1ère partie - Rapport administratif

I.- Introduction

1°) Au début de la guerre, M. le Dr SIVADON était médecin-directeur de la Colonie Familiale d'Ainay-le-Château. Mobilisé dès les premiers jours de septembre 1939, en qualité de médecin-lieutenant, il fut remplacé dans ces deux fonctions par M. le docteur QUERON, médecin-assistant de l'établissement.

Paul Sivadon 1907-1992 remplace Jacques Vié à la direction administrative et médicale de la Colonie en 1936. Il s'agit de son premier poste dans le cadre des asiles d'aliénés, rebaptisés l'année suivante hôpitaux psychiatriques. En 1943, après avoir été reçu au concours du médicat des hôpitaux de la Seine, il quitte Ainay pour prendre un poste de médecin chef à Ville-Evrard. Il jouera un rôle majeur dans la réforme de la psychiatrie publique de l'après-guerre et des années 1950.

Pierre Quéron avait été nommé médecin-assistant de la Colonie du temps où Jacques Vié en était le directeur-médecin chef [tous deux publient en 1933 dans Æsculape : « Productions artistiques des pensionnaires de la Colonie d'Ainay » puis en 1935 dans L’Aliéniste Français : « Travaux et occupations des pensionnaires de la Colonie familiale d’Ainay-le-Château »]. Médecin chef intérimaire du 2 septembre 1939 au 30 juillet 1940, Quéron est nommé ensuite médecin chef à Limoux (Aude). En 1945, il est « révoqué sans pension pour avoir appartenu à des associations antinationales et favorisé ainsi l'action de l'ennemi ».

Celui-ci mobilisé à son tour, en avril 1940, céda le poste de directeur à M. KOHLER, ancien chef des Services Economiques de Ville-Evrard, le service médical étant assuré par M. le Dr VIVES, de nationalité espagnole, membre actif du mouvement séparatiste catalan, que la dictature de Franco avait forcé à s'expatrier et qui était médecin-assistant de la Colonie depuis janvier 1939. Au début de juin 1940, l'avance des Allemands, amis de Franco, l'obligea à quitter la Colonie et à gagner le midi de la France.

Le docteur Salvador Vives, psychiatre catalan, était marié avec une Française du Puy.

La Colonie se trouva ainsi privée de médecin, jusqu'à fin juin 1940.

Mais, M. le Dr BEAUSSART, médecin-chef de l'Hôpital psychiatrique de Villejuif, médecin-commandant replié d'Orléans, vint rejoindre au siège de la Colonie, Mme BEAUSSART qui s'y trouvait depuis le 17 juin, et qui, dans l'intervalle, avait assuré la surveillance de l'infirmerie.

Pierre Beaussart 1884-1967, externe des hôpitaux en 1904, thèsé à Paris en 1909, ancien interne des asiles de la Seine, successivement médecin adjoint, médecin chef et médecin directeur de La Charité-sur-Loire puis en 1930 de Fleury-les-Aubrais. Reçu en 1937 au médicat des hôpitaux psychiatriques de la Seine, médecin chef de la 2e section de la Division des femmes de l'hôpital de Villejuif jusqu'à sa retraite en 1954. En 1940, il dirige le Centre de psychiatrie de la Ve Région.

M. BEAUSSART assura, à son tour, le service médical, jusqu'au retour du Dr QUERON, et le 10 août 1940, le Dr SIVADON reprenait ses fonctions de médecin-directeur jusqu'au 1er décembre 1943, date à laquelle nous prenions les nôtres.

Enfin, au début de décembre 1943, M. Paul DREYFUS, faisant fonction de médecin-assistant, israëlite, fut arrêté au cours d'une rafle effectuée par la Gestapo à la Faculté de Strasbourg, repliée à Clermont-Ferrand, où il s'était rendu.

Paul Abraham Auguste Dreyfus, né le 26 avril 1917 à Dieulefit [Drôme], marié, deux enfants prénommés Catherine et Jean-François. Arrêté le 25 novembre 1943 dans la rafle menée par la Gestapo à la Faculté des Sciences de Clermont-Ferrand où il était venu déposer sa thèse, il est interné à la prison du 92ème R.I. et transféré le 7 janvier 1944 à Drancy. Sa fiche du Camp porte son domicile : Ainay-le-Château, et sa profession : 'Arzt'. Il est déporté sous le numéro 343 par le convoi 68 du 10 février 1944 pour Auschwitz. Il meurt le 15 mars 1945 au camp d'Ellrich, en Thuringe, dépendant de Dora.

Le Dr PAGES, médecin des asiles retraité, a accompli pendant trois ans le rôle de médecin-assistant, ayant eu la responsabilité des soins de l'infirmerie.

Louis Pagès, docteur de Bordeaux en 1906, licencié en philosophie, docteur ès lettres à Toulouse en 1926, ancien médecin chef de l'Asile des Aliénés d'Albi [aujourd'hui Bon Sauveur d'Alby]. En 1942, Pagès publie dans les Annales médico-psychologiques avec Sivadon un article intitulé : « A propos d'un cas de pseudo schizophasie », au sujet d'un pensionnaire de la colonie.

2°) Au moment de l'avance allemande sur Paris, au début de juillet 1940, le radium du Centre anticancéreux de Villejuif, ainsi que les valeurs et bijoux de la Tutelle des aliénés de la Seine, furent amenés à la Colonie et déposés dans la cave du pavillon du Directeur, dont les issues furent ensuite murées et dissimulées par un parterre de fleurs.
Le mois suivant, sur l'ordre de l'occupant, le radium faisait retour à Paris et la Tutelle reprenait possession des valeurs déposées.

3°) Au début de l'occupation, un certain nombre de personnes, parents et fonctionnaires de la Préfecture de la Seine, trouvèrent asile à la Colonie.
Par la suite, des agents des Hôpitaux psychiatriques de la Seine, dont un prisonnier de guerre évadé - qui, pour divers motifs avaient à redouter les sévices des autorités d'occupation, se réfugièrent à la Colonie.
M. le directeur KOHLER les accueillit avec empressement et les occupa, suivant leur spécialité.

4°) Dans le courant de l'année 1944, les F.F.I., et les F.T.P. firent appel, à plusieurs reprises, pour leurs propres besoins, aux ressources de la Colonie : produits pharmaceutiques, vêtements, tabac. Satisfaction leur fut donnée, dans la mesure du possible. Un réfractaire fut "camouflé" et engagé par nous, en 1944, jusqu'à ce qu'il ait trouvé un asile plus sûr, et également rémunéré, dans la campagne avoisinante.

A la veille de la libération, trois postes de secours furent créés par la Colonie. Ainay-le-Château, qui fut libéré le 12 septembre, participa à l'insurrection. Deux pensionnaires furent assassinés par les allemands, en guise de représailles, le 21 août 1944.

Nous avions, de notre propre chef, utilisé la Colonie pour l'organisation locale du service de Santé F.F.I. Celui-ci remercia en ces termes le Comité de Libération et le Directeur :

F.F.I. / F.T.P. - M.U.R. / E.M. Allier
Le Médecin-Chef Départemental F.F.I. de l'Allier
au Comité de Libération d'Ainay-le-Château et au Médecin-Chef de l'Hôpital

Au Nom du Commandant des FORCES FRANÇAISES DE L'INTÉRIEUR du département de l'Allier, je tiens à vous remercier pour l'organisation de l'hôpital de AINAY-LE-CHÂTEAU qui a été mis spontanément et bénévolement à la disposition du Service de Santé F.F.I. Votre hôpital figure sur la liste des hôpitaux secrets d'évacuation.

Actuellement, les opérations dans le département laissent envisager des évacuations des plus réduites et vous pouvez considérer que la mission de l'hôpital d'AINAY-LE-CHÂTEAU se trouve terminée.

Néris, le 7 septembre 1944
LE MÉDECIN CHEF DEPARTEMENTAL F.F.I. DE L'ALLIER
(signé : illisible)

La modestie de nos infirmiers - qui est sagesse - leur a permis d'accomplir leur devoir, sans fracas, ni espoir de récompense, avec un dévouement indiscutable.


II.- Evolution de la population

1°) Courbes des effectifs (population moyenne)

[Tableau des effectifs annuels de 1938 à 1945]

Commentaires : (création ou suppression de services, date, provenance ou destination, motifs des transferts collectifs, etc...)

L'Hôpital psychiatrique départemental de l'Allier étant situé en zone occupée, les malades mentaux de la zone libre du département, furent, à partir de septembre 1940, hospitalisés à la Colonie Familiale. En décembre 1940, un service autonome fut établi dans une école maternelle désaffectée d'Ainay-le-Château; le service médical et la direction furent assurés par le Dr SIVADON.

Cette annexe de l'hôpital psychiatrique départemental fut supprimée lors de l'assouplissement de la ligne de démarcation, en 1943.
Cette organisation provisoire montre que le traitement des malades aigus, l'observation des nouveaux cas d'aliénation mentale peuvent petre décentralisés. Sis près de l'hôpital général, le service d'aigus bénéficierait de la collaboration de tous les spécialistes et de tous les poyens d'investigations étiologiques qui figurent déjà dans la plupart des hôpitaux et manquent presque constamment dans les asiles.

2°) Courbes des Entrées et des Sorties (à l'exclusion des transferts)
a) Entrées b) Sorties c) Placements volontaires et placements d'office d) Observations
Le recrutement des pensionnaires de la Colonie Familiale est assuré principalement par les transferts en provenance des Hôpitaux Psychiatriques de la Seine, les entrées directes ne figurant que pour une infime proportion. En outre, jusqu'en 1939, le Médecin-Directeur effectuait des tournées dans les hôpitaux psychiatriques de province ayant des malades traités au compte du département de la Seine. Or, l'établissement de la ligne de démarquation séparant notre pays en deux zones, a considérablement ralenti le mouvement des malades de la Seine vers la Colonie, d'où raréfaction des entrées. La difficulté des transports a, de même, raréfié le recrutement en province. A ces raisons s'ajoute la diminution des entrées à Ste-Anne d'une part, et à un moment donné, l'impossibilité pour la Colonie de vêtir convenablement un plus grand nombre de pensionnaires, d'autres part.

Si, à ces causes initiales on ajoute le fait d'une mortalité importante - années 1941 et 1942 - ainsi se trouve expliquée la diminution progressive de l'effectif de la Colonie.

Par ailleurs, des raisons que nous n'avons pas à apprécier semblent empêcher bien des malades, plus ou moins travailleurs, de bénéficier du placement familial qui mérite d'être étendu et permet aux malades une vie plus libre, agrémentée de l'attrait du travail rémunéré à leur profit.


III. - EVOLUTION DE LA SITUATION FINANCIERE
[...]

IV. _ EVOLUTION DE LA POPULATION PENSIONNAIRE
La Colonie d'Ainay-le-Château ne comporte pas de classes de pensionnaires, tous nos malades sont au régime commun.

V. - EVOLUTION DU PERSONNEL
[...]

VI - EVOLUTION DE L'EQUIPEMENT MATERIEL
[...]

VII - APPROVISIONNEMENT ET CONSOMMATIONS
a) Produits alimentaires
Courbe d'évolution du prix de revient journalier, par malade, dans les diverses catégories de produits alimentaires. [...]

à suivre...






Michel Caire, 2019
© Les textes & images publiés sur ce site sont librement téléchargeables pour une consultation à usage privé.
Toute autre utilisation nécessite l'autorisation de l'auteur
.