liste

Jacques (Edmond) VIÉ
Moulins (Allier) 14 mai 1900 / Neuilly-sur-Marne 16 décembre 1945

Psychiatre français

Nommé interne des asiles de la Seine en 1927, Vié exerce à l'asile de Vaucluse (service du Docteur Théodore Simon) puis à l'Asile de Maison-Blanche de 1928 à 1930, dans les services de Joseph Capgras et d'Henri Beaudouin.

En 1930, Jacques Vié est reçu au concours du médicat des asiles d'aliénés et exerce les fonctions de médecin chef de La Charité (établissement neuro-psychiatrique départemantal de la Nièvre) puis de Médecin-directeur de la Colonie familiale d'Ainay-le-Château pendant six ans avant de réussir le concours des asiles de la Seine et d'être nommé Médecin-directeur à Moisselles.

Le 1er mai 1938, il remplace Constance Pascal comme médecin chef de la 5ème section de Maison-Blanche, à laquelle est rattaché le service des tuberculeuses du département de la Seine.

Décédé de tuberculose à l'âge de 45 ans, il laisse son nom au Pavillon sanatorial de Maison-Blanche qu'il dirigeait. Il y sera remplacé par le docteur Guilhem Teulié, auquel succéderont les docteurs Sven Follin, Denise Joyeux-Quercy puis Pierre Delteil.

Secrétaire de la Société Médico-psychologique en 1941, il contribua à faire connaître le drame de la famine dans les hôpitaux psychiatriques à l'occasion de diverses communications.

Vié est l'auteur de très nombreuses publications, dont plusieurs portent sur l'histoire de la psychiatrie, notamment sa thèse de médecine soutenue en 1930.

Les principales publications historiques de Jacques Vié

“Pièces concernant la peste de 1721-22 dans le Gévaudan, contenues dans une collection de Mémoires de 1649 à 1722 (Archives Départementales Hautes-Alpes)”. Bulletin de la Société française d'Histoire de la Médecine, 1926, XX, n°3-4; 111-116

(avec Jean Vinchon), “Un maître de la neuro-psychiatrie au XVIIe siècle : Thomas WILLIS (1662-1675)”. Annales médico-psychologiques, 1928, 86, T.II, n°2; 109-144

(avec Jean Vinchon), “Un maître de la neuro-psychiatrie au XVIIe siècle : Ettmuller et Isbrand de Diemerbroeck”. Progrès médical, 1928, 46 (10 novembre), 1906-1919

Les aliénés et les correctionnaires à Saint-Lazare au XVIIe et au XVIIIe siècles. Paris, P.U.F., 1930; 251 p. (Thèse de médecine, Paris, 1930, n°94)
(analyse par Theophile Raphael in : The American Journal of Psychiatry.1931; 88: 398-399)

(avec Laignel-Lavastine), “Les idées psychiatriques de St Vincent de Paul”. Bulletin de la Société française d'Histoire de la Médecine, 1930, XXIV, n°3-4; 91-104

(avec Laignel-Lavastine), “La vie médicale de saint Vincent de Paul”. Revue des Etudes Historiques, 96 (1930) 129-136 (Bulletin de la Société d'Etudes historiques, 20 mars 1930)

Tentatives et projets de réforme des maisons de correction parisiennes au XVIIe et au XVIIIe siècle”. Bulletin de la Société française d'histoire de la médecine, 1937, n° 31; 170-177

“Chocs thérapeutiques anciens et modernes en psychiatrie”. Presse médicale, 1942, 4-7 février, n°11-12; 139-140 (analysé dans les Annales médico-psychologiques, 1942, n°4-5, p.385)

“Histoire de la Psychiatrie”. In : Histoire générale de la médecine, de la Pharmacie, de l'Art dentaire et de l'Art vétérinaire (Dir. Laignel-Lavastine), Paris, Albin Michel, 1949, t.III; 278-322

(avec Laignel-Lavastine) “Histoire de la Neurologie”. In : Histoire générale de la médecine, de la Pharmacie, de l'Art dentaire et de l'Art vétérinaire (Dir. Laignel-Lavastine), Paris, Albin Michel, 1949, t.III; 323-343

(avec Henri Baruk), “Histoire de la psychiatrie”. In : Histoire de la Médecine, de la Pharmacie, de l'Art Dentaire et de l'Art Vétérinaire, Albin Michel/Laffont/Tchou, T.VI., 1977; 11-51


Michel Caire, 2009
© Les textes & images publiés sur ce site sont librement téléchargeables pour une consultation à usage privé. Toute autre utilisation nécessite l'autorisation de l'auteur.